Dîyi mu diyi

Agnès Lalau

Par le biais d’une conversation en deux langues (en français et en tshiluba) et par des gravures à la manière noire ou mezzo tinto, l’artiste prend le défi d’exprimer de manière symbolique la difficulté de rétablir une communication intergénérationnelle et d’accéder à une mémoire familiale lacunaire.

Année : In progress
Langues : Français et Tshiluba
Réalisation : Agnès Lalau